Sept questions à Dominique Grädel, TDM CFC diplômé en 2022

1. Par quel biais as-tu entendu parler de la profession de Technologue en dispositifs médicaux CFC?

J’ai découvert la profession de TDM CFC via yousty.ch. Il s’agit d’un site Internet qui propose un large éventail de professions, de stages d’essai et de places d’apprentissage.

2. Qu’est-ce qui t’a incité à choisir cette formation?

De nombreux aspects m’ont motivé à opter pour cette formation, notamment la gestion des dispositifs médicaux lors du retraitement et, partant, la responsabilité de garantir la validité des processus.
Notre responsabilité est également engagée vis-à-vis des patients, des équipes BOP et des opérateurs : tous comptent sur nous pour que les dispositifs médicaux soient disponibles, complets et conformes.

3. Quelles difficultés as-tu rencontrées pendant ta formation?

Il y en a eu plusieurs, mais je pense en particulier à la pandémie de Covid-19 et à notre déménagement dans le nouvel établissement hospitalier. Toutefois, ma formatrice, mes supérieurs et toute mon équipe m’ont beaucoup soutenu, ce qui m’a permis de surmonter ces difficultés.

4. Quelle fonction exerces-tu actuellement?

Je travaille en tant que Technologue en dispositifs médicaux au Bürgerspital de Soleure.

5. Quelles sont tes tâches principales?

Ma mission actuelle consiste à retraiter les dispositifs médicaux. Je veille à ce que le nettoyage / la désinfection, l’emballage et la stérilisation se déroulent dans les règles de l’art.
En tant que responsable de jour, j’assure la communication avec nos clients. Je veille à ce qu’ils obtiennent, dans toute la mesure du possible, leurs instruments à l’heure souhaitée. J’échange les informations avec eux et les transmets ensuite à l’équipe.

6. Comment s’est passé l’encadrement dans la pratique?

L’encadrement a été super!
Lorsque j’avais un problème, je pouvais à tout moment m’adresser à ma formatrice. Elle et mes supérieurs m’ont enseigné beaucoup de choses relatives au processus de retraitement et aux dispositifs médicaux eux-mêmes. Ils ont toujours été patients avec moi.

De plus, les membres de l’équipe me soutenaient au quotidien et partageaient avec moi leurs trucs et astuces, ce qui m’a permis de m’améliorer, tant en termes qualitatifs que quantitatifs.

Nous pouvions discuter de tout et cherchions à comprendre le point de vue de l’autre.

7. Si tu étais toi-même formateur, que ferais-tu pour encadrer au mieux tes apprenants?

Je les familiariserais aux tâches pratiques comme cela est prévu dans le plan d’études. Au début, je les encadrerais et suivrais de près.

De plus, l’entretien régulier permet de discuter de ce qui fonctionne bien et moins bien. Il est important de privilégier l’échange. Tout comme il est nécessaire de réfléchir aux difficultés rencontrées et de redéfinir ponctuellement les objectifs.

Retour haut de page