Le mot du président

Chers membres, chers amis,

Le 19 juin dernier ont eu lieu les élections au comité central pour la période 2022-2025. Madame Connie Ingold-Kocher n’était pas concernée par l’élection ayant été récemment élue.

Les nouveaux membres élus sont Madame Nicole Berset et Monsieur Markus Schütz, auxquelles nous souhaitons la bienvenue et avec lesquels nous auront plaisir à poursuivre les travaux en cours, et à développer de nouveaux projets, à votre service.

Madame Norma Hermann, qui occupera la fonction de vice-présidente, et messieurs Tiziano Balmelli, Fredy Cavin et Steeves Matthey De L’Endroit (caissier) ont été réélus. Pour ma part, je vous remercie de votre confiance à la présidence de notre société.

Nous aurons l’occasion de remercier tous ensemble Madame Esther Michaud et Messieurs Stéphane Mayor et Joerg Schnurbusch pour leur investissement au sein du comité central : ils ont participé à l’écriture de l’histoire de votre société, avec professionnalisme, esprit critique et engagement.

Le prochain rendez-vous sera à Genève, du 17 au 20 novembre pour notre congrès Swisster 21, en partenariat avec la WFHSS. Toute l’équipe du comité actuel concentre son énergie sur l’organisation de cette manifestation, et nous espérons que vous serez nombreuses et nombreux à y participer.

D’ici cette fin d’année les nouvelles Bonnes Pratiques suisses de Retraitement des Dispositifs Médicaux devaient être éditées. Vous avez été invités à faire part de vos remarques et commentaires que les membres du groupe de travail vont étudier en collaboration avec Swissmédic. Je vous remercie pour votre participation et pour vos apports qui enrichiront ce document de référence pour notre cœur de métier.

Dans l’intervalle, le Guide suisse pour le transport des dispositifs médicaux réutilisables souillés et retraités pour les centrales de stérilisation a été publié. Il permet de sécuriser ce processus de soutien de notre activité, et de valider ces étapes.

Les premiers certificats fédéraux de capacité de technologues en dispositifs médicaux ont été délivrés en juin. C’est l’aboutissement de ce projet, amorcé en 2007, sur lequel vous vous étiez prononcés favorablement.

Nous adressons nos chaleureuses félicitations à tous les lauréats, en Suisse Alémanique, Suisse Romande et au Tessin. Bravo à ces pionniers !!

Les entreprises formatrices se sont adaptées à cette nouvelle formation. C’est un changement de paradigme que l’accueil d’apprentis dans les services, et il a fallu décoder les informations, les comprendre, ajuster et finalement intégrer la philosophie de cette formation. Merci à tous les protagonistes de ce projet, de près ou de loin, car vous avez contribué à sa réussite.

Pour autant, nous avons maintenant le recul suffisant et pouvons témoigner des points suivants que je souhaite rappeler ci-dessous :

  • Le plan d’étude et le rythme d’apprentissage doivent être scrupuleusement suivis, car les apprentis reçoivent les cours théoriques à l’école et dans les cours inter-entreprises, et doivent mettre en application les concepts au sein de leur entreprise, au fur et à mesure de l’apprentissage.
  • Ils disposent des deux premières années pour parcourir les cinq domaines de compétences, et de la troisième année pour les consolider et les mettre en application en toute autonomie dans leur entreprise. Ne brûlons pas les étapes en leur confiant des tâches pour lesquels l’enseignement n’aurait pas été dispensé à l’école par leurs professeurs attitrés.
  • La formalisation du suivi régulier par les formateurs en entreprise est importante, afin d’orienter l’apprenti, de le rassurer, et de reprendre les points qui sembleraient un peu confus.
  • L’apprenti est une force de travail particulière en ce sens que son intégration se fait dans la durée. Il ne peut pas être opérationnel immédiatement sur des postes pour lesquels il n’a pas d’expérience. Cela diffère du personnel intérimaire ou à contrat de courte durée, rapidement opérationnels du fait de leurs expériences professionnelles passées.

C’est un véritable challenge, que vous avez su relever et pour lequel nous avons encore une marge de progression.

Le nombre de candidats à la procédure de qualification selon l’article 32 devrait augmenter, de telle sorte que la transition vers ce titre fédéral de technologue en dispositifs médicaux pour les collaborateurs formés niveau 1 et niveau 2 se fasse progressivement.

Un nouveau challenge, mais de nouveaux horizons aussi pour ouvrir le champ des possibles de nouveaux projets professionnels accessibles à toutes et tous.

Dans l’attente de notre prochaine rencontre, les membres du comité central se joignent à moi pour vous transmettre leurs sincères remerciements pour votre confiance.

Retour haut de page