Représentation de la SSSH au Congrès 2022 de l’ÖGSV

J’ai cette année participé pour la toute première fois au Congrès de l’ÖGSV, qui s’est déroulé les 9 et 10 juin 2022 au bord du Hafnersee. Avec pour mission de représenter la SSSH au congrès autrichien, je suis parti le 7 juin déjà, afin de parcourir le trajet (662 km) en deux étapes: premier soir, arrêt à Innsbruck, d’où je suis reparti le lendemain en direction de notre hôtel, le Sonnenhotel Hafnersee, qui avait, comme à l’accoutumée, été entièrement réservé pour la tenue du congrès. Après avoir passé l’incontournable test Covid et fait mon check-in, je fus chaleureusement accueilli par M. Tillo Miorini, Président de l’ÖGSV. Lors du dîner, j’eus l’occasion de rencontrer certains des conférenciers qui allaient intervenir les deux jours suivants, de discuter boutique et de recevoir divers bons conseils en vue de mon passage à Salzbourg.

1er jour, jeudi 9 juin 2022
Session 1

Après un copieux petit-déjeuner et une balade matinale au bord du lac, je pris place dans la salle. M. Tillo Miorini ouvrit formellement le Congrès et prononça son allocution de bienvenue. Mme Viola Buchriesen lança la première session, entraînant les auditeurs dans un voyage épidémiologique dans le temps intitulé «Les ancêtres du coronavirus».

Dans son exposé «Les masques, tout le monde en porte; mais à quoi faut-il veiller?», Mme Prüfert-Freese nous donna un aperçu de la méthode d’essai appliquée aux masques et nous présenta le MA 39, l’Organisme d’essai, d’inspection et de certification de la Ville de Vienne. Elle y dirige le laboratoire d’hygiène, qu’elle a réussi à faire accréditer – et c’est un cas unique – comme laboratoire d’essai pour les masques FFP en mars 2022.

Concernant «L’hygiène de l’air et la défense contre le SARS-Cov-2: faits et rumeurs», M. Walter Koller, prof. univ., esquissa un certain nombre de pistes de réflexion. Se basant sur des exemples réels (p. ex. lettre adressée au Ministre de la Santé) tirés de son quotidien, il nous présenta avec humour ce qui arrive – ou peut arriver – lorsque, soudainement, tout un chacun est autorisé à fabriquer du «désinfectant». Il aborda également sous divers angles la question des «appareils de circulation d’air», précisant les points auxquels il fallait veiller.

La première session fut bouclée en tandem par Mme Sonja Klima et M. Tillo Miorini, qui nous firent une rétrospective passionnante des «Expériences avec les cours techniques en ligne 2020-2022». Sur la base des résultats et des feedbacks des participants, il est clair que le défi a été relevé avec succès. Une préparation minutieuse en amont ainsi qu’un solide encadrement des participants et des enseignants pendant les cours ont permis d’éliminer les craintes et les doutes initiaux de tous les participants. Chapeau!

Lors du déjeuner, nous avons échangé sur les sujets entendus le matin et je fis de nouvelles rencontres intéressantes. Et c’est au son d’une «cloche de vache» (qui allait retentir après chaque pause) qu’on nous a invités à reprendre place dans la salle.

Session 2

Abordant «Le nouveau MDR / la nouvelle MPG» (NdT: MDR = Règlement européen relatif aux DMx; MPG = loi allemande sur les DMx), Niels Miorini, MSc, nous expliqua les notions terminologiques de ces textes, ainsi que les changements découlant du passage de la Directive MDD au Règlement MDR. Il nous présenta également les 15 chapitres de la Loi allemande sur les DMx, se concentrant en particulier sur le §38 Surveillance et le §40 Système de déclaration lors d’incidents.

Dans son exposé «Gestion des risques: rendre le quotidien sûr, comprendre l’avenir!», Manfred Schnedl nous donna un exemple tiré de la pratique, illustrant ce qu’est la gestion des risques. S’aidant de divers outils, il nous expliqua comment cet incident a été traité.

Après une brève pause, un symposium satellite traita de la Traçabilité des dispositifs médicaux et de la Prise en compte des possibilités et technologies MDR.

Session 3

Mme Constanze Zupan, MBA, nous parla de «BOP & STER: deux secteurs, un management». S’appuyant sur divers chiffres-clés (prestations STER, rapport trimestriel), elle mit en évidence certains avantages, notamment les voies de communication courtes et le soutien réciproque entre les secteurs (p. ex. service de nuit); elle nous relata également le soutien apporté par les collaborateurs STER à d’autres secteurs pendant la pandémie.

Place ensuite à un échange entre experts BOP, STER et fournisseur d’instruments en prêt, le tout sous la devise «Prêt pour le prêt». Mme Constanze Zupan, qui venait de terminer son exposé, et M. Joachim Heymann, de la société BBraun, se sont donc retrouvés sur scène. Dirigée par l’équipe d’animation, la discussion fut vive, le public étant aussi invité à participer au débat. Diverses possibilités furent esquissées, même la livraison «d’instruments en prêt stériles», ce qui n’a pas manqué d’échauffer un peu plus la discussion.

 

Outre les nombreux éclairages techniques pointus entendus durant la journée, le programme de la soirée constitua indiscutablement un temps fort de cette première journée. Omar Sarsam, médecin ET cabarettiste réputé en Autriche, fit rire de bon cœur la salle tout entière. Si vous ne le connaissez pas, rendez-vous sur YouTube ou sur son site Internet.

OMAR SARSAM – COMEDY – WAS WOLLE

2e jour, vendredi 10 juin 2022
Session 4

«La MCJ… ça existe encore?». C’est sur cette question que s’est ouverte la seconde journée du congrès et M. Alexander Blacky dressa un aperçu de la situation actuelle en Autriche. Evoquant ensuite l’analyse des risques, en passant par les interventions et les groupes à risque, jusqu’à la gestion des risques, il jeta un pont vers la prise de position de l’ÖGSV sur la Directive MCJ du Ministère fédéral autrichien de la Santé (2016). Il mentionna finalement l’effet du nettoyage / de la désinfection et de la stérilisation à la vapeur sur les prions.

Dans son deuxième exposé, consacré à certaines aberrations que nous rencontrons dans notre métier, M. Niels Miorini présenta des situations réelles qu’il a lui-même observées dans des services de stérilisation. Il nous projeta des photos abracadabrantes: bras d’aspersion qui ne peuvent pas tourner, embouts en caoutchouc manquants, conditions kafkaïennes pour les installations de dosage ou encore «bonnes vieilles» erreurs de chargement… Jetez un œil à sa présentation Powerpoint, il y a de quoi s’arracher les cheveux!

Dans son «Rapport sur la normalisation CEN et ISO des stérilisateurs aux vapeurs H2O2», Mme Gabriela Ryzinska-Paier expliqua pourquoi le retraitement des DMx en stérilisateur VH2O2 n’est toujours pas validable en Autriche. Elle présenta notamment diverses méthodes d’essai (et leurs résultats) utilisées par le MA39, et fit également un topo sur la manière dont certaines questions encore en suspens sont gérées dans les organismes internationaux de normalisation CEN et ISO.

Suivant sur la liste des intervenants, j’ai eu le plaisir de présenter le «Guide suisse pour le transport des dispositifs médicaux réutilisables souillés et retraités pour les centrales de stérilisation». Après avoir présenté le groupe de travail, j’ai mentionné divers documents de référence (cadre législatif et normatif), en me concentrant en particulier sur les aspects de transport (contexte, risques, organisation). M’appuyant sur une interview, j’ai finalement retracé les grandes lignes d’une validation de transport.

Session 5

M. Tillo Miorini a ensuite exposé les nouvelles positions et recommandations de l’ÖGSV, se penchant notamment sur les «exigences de qualification pour la direction et les collaborateurs d’une unité de stérilisation». La question d’un «éventuel changement de produits de nettoyage/désinfection en LD» fait également l’objet d’une prise de position de l’ÖGSV. Autre grand sujet brûlant, les «questions spécifiques relatives au retraitement des endoscopes flexibles», décrites et réglées dans la Recommandation 13 (novembre 2019).

M. Daniel Hans boucla son exposé consacré au «Changement générationnel: défis et gestion du personnel» sur une citation d’Albert Einstein: «Aucun problème ne peut être résolu sans changer le niveau de conscience qui l’a engendré». Avant de parvenir à cette conclusion, il avait brossé la genèse de la culture organisationnelle, nous avait rappelé les différentes générations en présence ainsi que leurs caractéristiques principales, évoqué différents styles de conduite, sans oublier de mentionner la pyramide de Maslow.

«Structure organisationnelle au sein d’une unité de retraitement»: c’est sous ce titre que Mme Rebecca-Christine Gassner aborda la restructuration de son propre service. Une analyse des forces / faiblesses ainsi que de la situation actuelle / état escompté, tout comme une évaluation ciblée l’ont poussée à remanier de fond en comble son organisation interne, passant d’une structure de conduite classique à un modèle de leadership par le service. Tout son exposé était émaillé par la notion d’agilité, sous toutes ses formes.

M. Maik Roitsch, représentant de la DGSV, a ensuite évoqué en détail les «Nouveaux modèles de formation en Allemagne». Partant de la création de la DGSV, passant par le travail conjoint de la SSSH et de la DGSV en matière de formation, pour aboutir à la problématique omniprésente des exigences croissantes posées aux STER (auxquelles on ne peut satisfaire que par la qualification toujours plus poussée des collaborateurs), M. Roitsch nous présenta la nouvelle profession de Spécialiste en retraitement de dispositifs médicaux DGSV: structure de la formation, exigences faites aux entreprises formatrices, comparaison avec les cours techniques et perspective.

La conférence de clôture, en quelque sorte la cerise sur le gâteau, a été tenue par M. Robert Kellner. Avec ses «Confidences d’un médecin-conseil qui en va vu de toutes les couleurs», il fit rire la salle entière aux éclats. Avec moult photos prises dans l’exercice de ses fonctions, il nous parla de son quotidien d’alors, avec quelques moments choisis. Il partagea ses souvenirs avec le public, sans oublier de transmettre certaines grandes sagesses dictées par la vie. Pour ma part, il s’est probablement agi là de l’une des meilleures interventions à laquelle j’ai eu le bonheur d’assister au cours de ma – somme toute, encore assez jeune – existence.

Je souhaite remercier très sincèrement l’ÖGSV pour son hospitalité et je me réjouis du prochain congrès.

Cordialement,
Markus Schütz

Retour haut de page