Rapport d’expérience d’une TDM selon l’article 32

Usha

1. Par quel biais as-tu entendu parler de la profession de Technologue en dispositifs médicaux CFC?

Jusqu’au moment de l’introduction de cette formation initiale, la question avait été abordée plusieurs années durant lors des congrès de la SSSH, des journées de formation et des assemblées annuelles. Comme je participe en général à ce genre d’événements, le sujet m’intéressait.
Cette formation ouvre de nouvelles perspectives dans le domaine du retraitement des dispositifs médicaux, notamment en reconnaissant le travail des personnes qui y sont actives. Et je pense que la reconnaissance de cette profession est d’autant plus importante qu’elle contribue à satisfaire aux exigences légales croissantes en matière de retraitement.

2. Qu’est-ce qui t’a incitée à opter pour la formation selon l’article 32?

J’ai non seulement effectué les cours techniques niveaux I à III, mais je dispose également d’un certain nombre d’années d’expérience dans le domaine. Durant ce laps de temps, j’ai été responsable d’un service de stérilisation, où j’ai eu l’occasion de mettre sur pied et de déployer le service de gestion de la qualité, ainsi que d’encadrer plusieurs stagiaires au cours niveau I. Parallèlement, j’ai travaillé en tant que responsable de la gestion-qualité dans le cadre du projet d’externalisation du retraitement. Ainsi, j’ai eu l’occasion d’élaborer et d’introduire le nouveau système de management de la qualité, puis de me frotter à l’audit de certification ISO. Tout cela m’a poussée à effectuer l’apprentissage de TDM CFC.

On nous avait expliqué que, pour décrocher le certificat selon l’article 32, il fallait avoir au moins 5 années d’expérience professionnelle. Or, sachant que je remplis aisément les conditions de la procédure de qualification selon l’article 32, j’ai décidé de suivre le cours proposé dans ce contexte.

3. Comment as-tu procédé afin d’obtenir l’autorisation permettant d’effectuer la formation «abrégée», selon à l’article 32?

Je me suis inscrite à la séance d’information obligatoire relative à la «qualification professionnelle pour adultes» sur le site de l’Office de la jeunesse et de l’orientation professionnelle – Service qualification professionnelle pour adultes (site du canton de Zurich) Cette manifestation s’est déroulée au Centre d’information professionnelle d’Oerlikon; on nous y a fourni les informations les plus importantes et répondu à toutes nos questions. Ensuite, j’ai reçu par courriel un «outil d’autorisation» (payant), qui m’a permis d’envoyer ma demande d’autorisation directement à l’Office cantonal de l’enseignement secondaire et de la formation professionnelle. Celui-ci a finalement confirmé mon autorisation quelques jours plus tard.

4. Quelles difficultés as-tu rencontrées durant ta préparation au diplôme?

Le plus gros défi a certainement résidé dans la gestion de mon temps! Pendant cette période, je travaillais à plein temps, sur deux sites différents (eu égard au projet d’externalisation de notre service). Parallèlement, j’étais en plein dans mes études de master et, juste avant l’examen TDM, j’ai en outre dû suivre le cours Qualifications technique Retraitement des endoscopes.
Compte tenu de tous ces impératifs, je ne pouvais pas envisager de fréquenter, en plus, l’école pour les TDM CFC. La seule possibilité qui s’offrait à moi était donc d’assimiler la matière par l’étude personnelle.
J’ai commandé les différents supports de cours nécessaires auprès des Editions Careum et ai reçu un outil informatique qui me permet d’accéder – en tout temps et en tout lieu – aux documents de cours. C’est ainsi que j’ai constitué mon plan d’études personnel et que je me suis mise au travail.

5. Comment t’es-tu préparée spécifiquement pour le diplôme?

Toutes les expériences que j’ai pu accumuler dans le domaine du retraitement des dispositifs médicaux m’ont aidée à fixer les bonnes priorités, à déterminer les domaines de compétences que je devais creuser. L’examen final se compose de la culture générale (si requis), du travail pratique precrit (TPP) et des connaissances professionnelles (pour l’apprentissage normal, on y ajoute également la note d’expérience). Les connaissances professionnelles englobent un examen oral et un examen écrit, et sont subdivisées en différentes compétences opérationnelles:

  • A : Gestion des dispositifs médicaux et organisation des tâches inhérentes au processus de retraitement.
  • B : Lavage et désinfection des dispositifs médicaux.
  • C : Assemblage et emballage des dispositifs médicaux.
  • D : Stérilisation des dispositifs médicaux.
  • E : Assurance de la qualité et du respect des exigences établies par la législation et par des normes techniques.

Les compétences B, C et D font l’objet d’examens écrits, tandis que les compétences A et E sont testées par oral. La structure du plan de formation étant très claire, il est relativement aisé de se préparer aux examens.
Les examens pratiques sont relativement faciles (pour autant que l’on y soit un brin habitué). Les examens écrits, par contre, suivent une autre structure que celle des cours techniques et ne proposent pas de QCM.

6. Quelle fonction exerces-tu actuellement et quelles y sont tes tâches principales?

Je suis responsable de la STER à l’Hôpital de Bülach. Mes principales tâches sont les suivantes: gestion de personnel, surveillance de l’ensemble du processus de retraitement des DMx, pilotage et gestion du système de management de la qualité, optimisation des structures et processus existants dans le respect de toutes les normes, directives et prescriptions de sécurité existantes, collaboration avec tous les acteurs (directs et indirects) au processus de retraitement, garantie de la satisfaction-clientèle.

7. Quel conseil donnerais-tu à une personne qui souhaiterait suivre la formation selon l’article 32?

J’invite les personnes intéressées d’une part à se renseigner auprès de leur Office cantonal de formation, afin de déterminer la suite de la procédure, et d’autre part à discuter avec leur supérieur, afin d’obtenir le soutien technique nécessaire.

Somme toute, je dirais à toutes les personnes qui satisfont aux conditions de procédure de qualification selon l’article 32 qu’elles devraient tenter leur chance et faire cet apprentissage. Car, entre nous soit dit: les places d’apprentissage ne les attendent pas forcément; de plus, la durée de l’apprentissage est réduite. On pourrait imaginer qu’à l’avenir, les conditions de cette procédure soient durcies.

Je souhaite à tous les apprenants TDM CFC plein succès dans leur entreprise!

Retour haut de page